Tensions à Jérusalem : des milliers de manifestants israéliens défilent

tensions a jerusalem des milliers de manifestants 1 0 23724

Sommaire

En direct, guerre Israël-Hamas : dix-huit arrestations lors de la « marche des drapeaux », à Jérusalem

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants arborant des drapeaux israéliens ont défilé dans la Ville sainte à l’occasion de cette manifestation nationaliste souvent émaillée de violences, qui commémore la prise de Jérusalem-Est par Israël en 1967.

Le Hamas reste prêt à étudier toute proposition basée sur « un arrêt complet » de l’offensive israélienne, « un retrait total » israélien de Gaza et « un échange de prisonniers »

Le Hamas étudiera « sérieusement et positivement » toute proposition basée sur « un arrêt complet » de l’offensive israélienne, « un retrait total » israélien de Gaza et « un échange de prisonniers », a répété mercredi Ismaël Haniyeh, chef du bureau politique du mouvement, évoquant le plan présenté vendredi par le président américain, Joe Biden.

Le texte, qui émane selon ce dernier du gouvernement israélien, propose un cessez-le-feu de six semaines accompagné d’un retrait israélien des zones densément peuplées de la bande de Gaza, de la libération de certains otages enlevés lors de l’attaque du Hamas et de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Selon une source proche des négociations, une réunion a eu lieu mercredi à Doha « entre le premier ministre qatari, le chef des services de renseignement égyptiens et le Hamas, pour discuter d’un accord en vue d’une trêve à Gaza et d’un échange d’otages et de prisonniers ».

Vladimir Poutine dénonce un « anéantissement total de la population civile » dans la bande de Gaza

« Ce qui se passe actuellement à Gaza en réponse à l’attaque terroriste en Israël ne ressemble pas du tout à une guerre. Il s’agit d’une espèce d’anéantissement total de la population civile », a déclaré mercredi le président russe, Vladimir Poutine, lors d’une rencontre avec des agences de presse organisée en marge du Forum économique de Saint-Pétersbourg.

« Nous essayons d’influencer autant que possible » pour parvenir à un règlement du conflit, « y compris sur l’aspect humanitaire », a-t-il poursuivi, estimant que le conflit était « le résultat de la politique des États-Unis, qui ont monopolisé le règlement israélo-palestinien et mis de côté tous les outils créés auparavant pour tenter collectivement de régler ces questions très complexes ».

Article complĂ©mentaire   L'Otan et les alliĂ©s de l'Ukraine chez elle : une solidaritĂ© Ă  toute Ă©preuve

A Jérusalem, une « marche des drapeaux » sous haute surveillance

Alors que le gouvernement israélien tangue sous les menaces de départ des ministres d’extrême droite, la Journée de Jérusalem, célébrée par les sionistes religieux, s’est déroulée avec son cortège de slogans racistes et d’actes violents dans la Vieille Ville, rapporte notre journaliste Samuel Forey.

« Le mont du Temple est à nous », déclare le ministre de sécurité nationale israélien, lors de la « marche des drapeaux »

« D’ici, nous transmettons un message au Hamas : Jérusalem est à nous, le mont du Temple est à nous et, avec l’aide de Dieu, la victoire complète est pour nous », a déclaré mercredi le ministre de la sécurité nationale israélien, Itamar Ben Gvir, issu de l’extrême droite religieuse, lors de la « marche des drapeaux », qui célèbre la prise de Jérusalem-Est en 1967.

Pour de nombreux Palestiniens, ce défilé sous haute surveillance est perçu comme une provocation délibérée, en particulier dans le quartier musulman de la Vieille Ville, véritable défouloir pour des dizaines de jeunes extrémistes. Dix-huit personnes ont été interpellées, dont cinq adolescents ayant agressé des journalistes à la porte de Damas, selon un communiqué de la police.

« Le déchaînement des colons à Jérusalem confirme que Jérusalem est au centre du conflit » et « notre peuple ne se reposera pas tant que l’occupation » durera, promet quant à lui Ismaël Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, dans un communiqué.

« Marche de la rage » à Tel-Aviv pour réclamer un accord sur la libération des otages

Plusieurs centaines de personnes défilent à Tel-Aviv dans le cadre d’une manifestation baptisée « marche de la rage » pour réclamer un accord sur la libération des otages et la fin de la guerre dans la bande de Gaza.

Le président américain, Joe Biden, a présenté vendredi une proposition en ce sens émanant, selon lui, du gouvernement israélien, qui ne s’est pas explicitement dit prêt à la mettre en œuvre.

Article complĂ©mentaire   Naufrage du Koursk: Une tragĂ©die qui a Ă©branlĂ© la Russie

« Les combats ne ramènent pas les otages, seul un accord sauvera des vies », peut-on lire sur une banderole brandie par les manifestants.

Une « escalade » au Liban mettrait la sécurité d’Israël en péril, avertissent les États-Unis

« Nous ne voulons pas d’une escalade du conflit qui ne ferait qu’entraîner de nouvelles pertes en vies humaines, tant chez les Israéliens que chez les Libanais, et qui nuirait considérablement à la sécurité et à la stabilité d’Israël dans la région », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, s’était auparavant dit « prêt pour une opération très intense » à la frontière nord de l’État hébreu.

Les forces israéliennes disent avoir découvert un tunnel de 2 kilomètres entre Rafah et le corridor de Philadelphie

L’armée israélienne annonce avoir détruit mercredi un tunnel de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui courait sur deux kilomètres, jusqu’au corridor de Philadelphie, le long de la frontière égyptienne. Elle dit y avoir découvert des armes, des explosifs et des « moyens de renseignement ».

Dix-huit arrestations lors de la « marche des drapeaux », à Jérusalem

Dix-huit personnes « soupçonnées de violences, d’agressions, de menaces et de troubles à l’ordre public » ont été arrêtées mercredi à Jérusalem au cours de la marche des drapeaux, annonce la police israélienne.

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants arborant des drapeaux israéliens ont défilé dans la Ville sainte à l’occasion de cette manifestation nationaliste souvent émaillée de violences, qui commémore la prise de Jérusalem-Est par Israël, en 1967.

Selon l’Agence France-Presse, de jeunes manifestants s’en sont pris à plusieurs journalistes, avant que la police n’intervienne. Un photographe de l’agence a vu un groupe de marcheurs fondre sur le reporter palestinien Saïf Kwasmi et le frapper. Nir Hasson, membre de la rédaction d’Haaretz (gauche), a également été « attaqué » et « jeté à terre » alors qu’il « défendait un confrère », selon un communiqué du journal.

Article complĂ©mentaire   La planification Ă©cologique : une voie française pour l'Ă©cologie

Onze blessés signalés dans le nord d’Israël après des tirs en provenance du Liban

Des tirs en provenance du Liban ont fait onze blessés, dont un grave, à Hurfeish, dans le nord d’Israël, rapporte la chaîne de télévision israélienne N12, citant les secouristes de Magen David Adom.

L’armée israélienne avait auparavant fait état de plusieurs « lancements » et d’impacts dans cette localité, sans préciser s’il s’agissait de roquettes ou de drones. « Les sirènes d’alarme n’ont pas retenti, l’incident est en cours d’examen », ajoutait-elle sur Telegram.

Conclusion : Une situation complexe et tendue

Les Ă©vĂ©nements rĂ©cents Ă  JĂ©rusalem et dans la rĂ©gion environnante rĂ©vèlent une situation extrĂŞmement tendue. Entre les manifestations nationalistes et les rĂ©ponses militaires, la violence et les tensions ne montrent aucun signe de diminution. Chacun des acteurs, qu’il soit local ou international, semble jouer un rĂ´le crucial dans la marche vers une Ă©ventuelle rĂ©solution ou une escalade du conflit. Les propositions de paix sont sur la table, mais leur mise en Ĺ“uvre reste incertaine, laissant la rĂ©gion dans un Ă©quilibre prĂ©caire.

Vous, lecteurs, pouvez suivre ces développements de près et comprendre les implications globales de ce conflit qui touche non seulement les populations locales mais aussi les relations internationales à un niveau plus large.

Retour en haut