Le Rassemblement national dévoile une affiche de campagne surprenante pour les européennes

Sommaire

Une campagne qui interpelle

Le Rassemblement national (RN), dirigé par Jordan Bardella, vient de lever le voile sur son affiche de campagne officielle pour les élections européennes. Une affiche qui ne manque pas de surprendre par son contenu et son orientation.

« La France revient ! DĂ©couvrez notre affiche officielle pour l’Ă©lection europĂ©enne », a dĂ©clarĂ© le parti avec enthousiasme sur son compte X. Ce visuel, qui place Jordan Bardella souriant en premier plan avec Marine Le Pen lĂ©gèrement en retrait Ă  sa droite sur un fond bleu, est frappant autant par sa simplicitĂ© que par son absence de toute rĂ©fĂ©rence explicite Ă  l’Europe.

Peu de dĂ©tails sont laissĂ©s au hasard dans cette image : le slogan, le nom de la tĂŞte de liste et du parti sont bien visibles, mais il faut plisser les yeux pour repĂ©rer, en bas Ă  droite, de manière discrète, les mots « élections europĂ©ennes 2024 ». Cette affiche semble ainsi reflĂ©ter une stratĂ©gie de communication bien prĂ©cise du RN, qui souhaite axer sa campagne sur des enjeux nationaux plutĂ´t qu’europĂ©ens.

Un « référendum » pour ou contre Macron

Cette stratĂ©gie n’est pas nouvelle pour Jordan Bardella. Depuis le dĂ©but, il a prĂ©sentĂ© le scrutin du 9 juin comme un « rĂ©fĂ©rendum » pour ou contre Emmanuel Macron. L’affiche dĂ©voilĂ©e par le RN mardi ne fait que confirmer cette orientation. En effet, la campagne du parti semble vouloir dĂ©tourner l’attention des questions europĂ©ennes pour se concentrer sur des enjeux internes Ă  la France. Cette approche, bien que critiquĂ©e par certains, semble ĂŞtre un choix calculĂ© pour attirer une certaine frange de l’Ă©lectorat.

« Un Frexit en pièces détachées » ?

Le slogan « La France revient ! » est non seulement un message fort mais aussi une dĂ©claration d’intention. Jordan Bardella, dans ce scrutin, dĂ©fend farouchement la souverainetĂ© de la France au sein de l’Union europĂ©enne, allant mĂŞme jusqu’Ă  exiger la primautĂ© des lois nationales sur les normes communautaires. Cette position lui vaut d’ĂŞtre la cible privilĂ©giĂ©e des attaques de ses adversaires. ValĂ©rie Hayer, une pro-Macron, l’accusait rĂ©cemment sur RMC de proposer « un Frexit en pièces dĂ©tachĂ©es ».

Article complĂ©mentaire   Marine Le Pen appelle Ă  envoyer un signal clair lors du scrutin du 9 juin

Les réactions de la scène politique

Glucksmann veut montrer « que l’Europe ne rime pas avec l’impuissance »

RaphaĂ«l Glucksmann, intervenant ce matin sur France 2, a exprimĂ© son dĂ©sir de dĂ©montrer que « la dĂ©mocratie ne rime pas avec la faiblesse, que l’Europe ne rime pas avec l’impuissance ». L’eurodĂ©putĂ© a rappelĂ© que son mandat consistait Ă  prouver aux dirigeants europĂ©ens qu’ils avaient le pouvoir de changer les choses. Il a soulignĂ© qu’il Ă©tait possible de reprendre en main le destin de l’Europe, sans ĂŞtre subordonnĂ© Ă  la Chine, aux États-Unis ou aux pays du Golfe pour des questions de sĂ©curitĂ© ou d’Ă©nergie.

Le débat Attal-Bardella est « un déni de démocratie », selon Glucksmann

RaphaĂ«l Glucksmann, tĂŞte de liste des socialistes, a Ă©galement critiquĂ© vivement le dĂ©bat prĂ©vu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella, le qualifiant de « scandale dĂ©mocratique » sur France 2. Selon lui, organiser ce dĂ©bat Ă  une heure de grande Ă©coute, alors que Gabriel Attal n’est mĂŞme pas candidat aux europĂ©ennes, constitue un dĂ©ni de dĂ©mocratie. Le PS a mĂŞme saisi l’Arcom au sujet de ce dĂ©bat, rappelant qu’en Italie, un dĂ©bat similaire avait Ă©tĂ© annulĂ© par le rĂ©gulateur de l’audiovisuel.

Marine Le Pen veut infliger « la pire défaite possible » au camp Macron

Marine Le Pen, de son cĂ´tĂ©, a dĂ©clarĂ© sur Europe 1 vouloir infliger « la pire dĂ©faite possible » Ă  Emmanuel Macron lors des Ă©lections europĂ©ennes, afin de le « ramener sur terre ». Elle a Ă©galement rĂ©itĂ©rĂ© ses conditions pour un dĂ©bat avec le chef de l’État : soit un dĂ©bat en septembre sur les trois prochaines annĂ©es, soit maintenant, mais avec la dĂ©mission de Macron ou la dissolution de l’AssemblĂ©e Ă  la clĂ©.

Perspectives pour les élections européennes

Les Ă©lections europĂ©ennes de 2024 s’annoncent sous tension, avec des dynamiques politiques internes qui prennent le pas sur les enjeux europĂ©ens traditionnels. Voici quelques faits saillants Ă  retenir :

  • LFI deuxième derrière le RN selon certains sondages, un rĂ©sultat surprenant surtout parmi les jeunes Ă©lecteurs.
  • La possibilitĂ© d’un EELV privĂ© d’eurodĂ©putĂ©s, une situation alarmante pour les Ă©cologistes.
  • Glucksmann contre Hayer : un duel qui s’annonce serrĂ©, bien que selon certains experts, Hayer pourrait avoir du mal Ă  faire le poids.
  • L’attrait de Jordan Bardella auprès des ouvriers, contrairement Ă  LFI qui est largement rejetĂ©e par cette catĂ©gorie Ă©lectorale.
Article complĂ©mentaire   AlgĂ©rie : le français perd du terrain sur le terrain de l'Ă©ducation

DĂ©bats et mouvements internes

  • Le dĂ©bat Attal-Bardella continue de faire des vagues, avec des critiques sur la pertinence mĂŞme de ce duel.
  • Les perspectives de alliances et repositionnements politiques notamment Ă  droite, avec des figures comme Nadine Morano flirtant avec l’idĂ©e de rejoindre le RN.

Conclusion : Une campagne qui redéfinit les règles du jeu

Les annonces et stratégies déployées par le Rassemblement national et ses adversaires montrent clairement que les élections européennes de 2024 ne se joueront pas uniquement sur les questions européennes. Les enjeux nationaux prennent une place centrale, redéfinissant ainsi les règles du jeu pour ce scrutin. Que vous soyez électeur convaincu ou simple observateur, ces dynamismes politiques promettent une année électorale riche en rebondissements et en surprises.

FAQ

Quelle est la principale caractĂ©ristique de l’affiche de campagne du Rassemblement national pour les Ă©lections europĂ©ennes ?

Le visuel de l’affiche met en avant Jordan Bardella, souriant au premier plan, avec Marine Le Pen lĂ©gèrement en retrait Ă  sa droite, sur fond bleu. Le slogan principal est « Le 9 juin, avec Jordan Bardella et Marine Le Pen, la France revient ! » Cette affiche ne mentionne quasiment pas l’Europe, Ă  l’exception d’une petite ligne en bas Ă  droite indiquant « élections europĂ©ennes 2024 ».

Pourquoi le Rassemblement national a-t-il choisi de ne pas axer sa campagne sur les enjeux européens ?

Jordan Bardella et le Rassemblement national ont optĂ© pour une stratĂ©gie de nationalisation des Ă©lections europĂ©ennes, prĂ©sentant le scrutin comme un « rĂ©fĂ©rendum » pour ou contre Emmanuel Macron. Cette approche vise Ă  mobiliser l’Ă©lectorat en se focalisant sur des thèmes nationaux plutĂ´t que sur les enjeux europĂ©ens.

Quelles sont les critiques formulées contre la stratégie du Rassemblement national pour les élections européennes ?

Le Rassemblement national est accusĂ© de vouloir un « Frexit en pièces dĂ©tachĂ©es » en dĂ©fendant la souverainetĂ© de la France au sein de l’Union europĂ©enne et en rĂ©clamant la primautĂ© des lois nationales sur les normes communautaires. Cette position a suscitĂ© des critiques notamment de la part de ValĂ©rie Hayer, qui voit dans cette stratĂ©gie une tentative de dĂ©mantèlement progressif de l’Union europĂ©enne.

Article complĂ©mentaire   Les sĂ©nateurs voient leur enveloppe de frais de mandat augmenter face Ă  l'inflation

Quelle est la réaction de Marine Le Pen face aux élections européennes et à Emmanuel Macron ?

Marine Le Pen souhaite infliger « la pire dĂ©faite possible » au camp Macron lors des Ă©lections europĂ©ennes, affirmant que cela le ramènerait « sur terre ». Elle a aussi posĂ© des conditions pour un dĂ©bat avec Emmanuel Macron, suggĂ©rant soit un dĂ©bat en septembre sur ses plans pour les trois prochaines annĂ©es, soit un dĂ©bat immĂ©diat avec la dĂ©mission de Macron ou la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale en jeu.

Quels sont les autres partis et candidats mentionnés dans le contexte des élections européennes ?

Les Ă©lections europĂ©ennes voient Ă©galement la participation de plusieurs autres partis et candidats. RaphaĂ«l Glucksmann, par exemple, insiste sur le fait que l’Europe ne doit pas rimer avec impuissance, tandis que ValĂ©rie Hayer critique la stratĂ©gie du Rassemblement national. Le Parti Socialiste, par la voix de Glucksmann, a aussi dĂ©noncĂ© le dĂ©bat Attal-Bardella comme un « scandale dĂ©mocratique ».

Retour en haut