Immobilier : les prix de l’ancien continuent de baisser au premier trimestre 2024

immobilier les prix de lancien continuent de baiss 1 0 23374

Sommaire

Chers lecteurs, l’annĂ©e 2024 commence sous le signe de la dĂ©flation dans le secteur de l’immobilier ancien. Alors que les prix des logements neufs stagnent ou augmentent encore lĂ©gèrement, ceux des biens anciens continuent de s’effondrer. Au premier trimestre 2024, une nouvelle baisse de 1,6 % a Ă©tĂ© observĂ©e, confirmant une tendance continue depuis mi-2022. Plongeons ensemble dans les dĂ©tails de cette tendance qui bouleverse le marchĂ© immobilier français.

Une baisse continue des prix de l’immobilier ancien

Les prix des logements anciens ont poursuivi leur dĂ©clin au premier trimestre 2024, marquant une baisse de 1,6 %. Ce chiffre survient après une diminution de 1,8 % au quatrième trimestre 2023. En observant les donnĂ©es Ă  l’Ă©chelle annuelle, la situation est encore plus parlante : une diminution de 5,2 % est enregistrĂ©e, marquant ainsi le troisième trimestre consĂ©cutif de baisse des prix. C’est une rupture nette avec la pĂ©riode de hausse continue qui perdurait depuis la fin de l’annĂ©e 2015 et qui s’est arrĂŞtĂ©e brusquement Ă  la mi-2022.

Les données corrigées des variations saisonnières indiquent des baisses distinctes selon le type de logement. Sur un an, les prix des appartements ont chuté de 5,5 %, tandis que ceux des maisons ont diminué de 4,9 %. Ces chiffres soulignent les dynamiques différentes qui influencent ces deux segments du marché immobilier ancien.

L’Île-de-France enregistre une baisse marquée au premier trimestre

En Île-de-France, la diminution des prix des logements anciens est particulièrement prononcée. Au premier trimestre 2024, les prix ont baissé de 2,6 %, après une baisse de 1,7 % au quatrième trimestre 2023 et de 2,1 % au troisième trimestre 2023. Cette tendance est encore plus marquée pour les maisons, avec une diminution de 3,2 %, contre 2,3 % pour les appartements.

Article complĂ©mentaire   Les entreprises chinoises anticipent une hausse des droits de douane amĂ©ricains

Sur une base annuelle, la situation en Île-de-France est encore plus frappante : une baisse de 8,1 % des prix des logements anciens a été observée. Les maisons affichent une diminution de 8,4 %, légèrement supérieure à celle des appartements (-7,9 %). Même Paris n’est pas épargnée par cette baisse, avec une diminution de 7,9 % pour les appartements, un chiffre légèrement inférieur à celui de la petite couronne (-8,4 %) et de la grande couronne (-7,0 %).

La province également touchée

En province, la baisse des prix des logements anciens est moins marquĂ©e sur un trimestre, avec une diminution de 1,2 % au premier trimestre 2024, contre 1,9 % au quatrième trimestre 2023. Toutefois, Ă  l’Ă©chelle annuelle, la baisse s’accentue avec une diminution de 4,2 %, après une chute de 2,9 % au trimestre prĂ©cĂ©dent.

Les maisons en province voient leurs prix baisser de 4,4 % sur un an, contre 3,3 % précédemment, tandis que les appartements enregistrent une baisse de 3,8 %, après 2,0 %. Cette évolution laisse entrevoir que le marché immobilier ancien en province, bien que moins volatile que celui de l’Île-de-France, n’échappe pas à la tendance nationale de baisse des prix.

Une chute du nombre de transactions

Le nombre de transactions immobilières continue de diminuer, passant de 869 000 à la fin décembre 2023 à 822 000 à la fin mars 2024. Ce chiffre est en net recul par rapport aux 931 000 transactions enregistrées fin septembre 2023. Les notaires notent que les ventes représentent 2,2 % du stock de logements, une part en baisse depuis le point haut du troisième trimestre 2021 (3,2 %) et désormais inférieure au niveau du début des années 2000, avant la crise économique de 2008.

Article complĂ©mentaire   StratĂ©gies d'adaptation pour les PME dans un environnement Ă©conomique dynamique

Cette diminution du nombre de transactions reflète une hésitation accrue des acheteurs potentiels face à un marché en pleine transition. Les incertitudes économiques et les fluctuations des prix contribuent à cette baisse, laissant entrevoir des défis à venir pour le marché immobilier ancien en France.

La situation actuelle du marchĂ© immobilier ancien en France est caractĂ©risĂ©e par une baisse continue des prix et une diminution du nombre de transactions. Les acheteurs semblent de plus en plus rĂ©ticents Ă  s’engager dans un marchĂ© en pleine mutation, prĂ©fĂ©rant attendre des jours meilleurs ou se tourner vers d’autres types d’investissements.

Les prochaines annĂ©es seront cruciales pour dĂ©terminer si cette tendance perdurera ou si le marchĂ© immobilier ancien parviendra Ă  se stabiliser. Les politiques Ă©conomiques, les taux d’intĂ©rĂŞt et l’Ă©volution de la demande seront autant de facteurs Ă  surveiller pour anticiper les futures Ă©volutions du marchĂ©.

En attendant, si vous êtes acheteur potentiel, restez attentifs aux opportunités qui pourraient se présenter. Et pour les vendeurs, il pourrait être judicieux de revoir vos stratégies de vente afin de vous adapter à ce nouvel environnement.

À suivre de près : les évolutions du marché immobilier ancien.

VoilĂ , chers lecteurs, un tour d’horizon dĂ©taillĂ© du marchĂ© immobilier ancien au premier trimestre 2024. Restez connectĂ©s pour plus de mises Ă  jour et d’analyses dans nos prochains articles.

Retour en haut