Fiona Scott Morton, une nomination controversée à la Commission européenne

fiona scott morton une nomination controversee a la commission europeenne

Sommaire

Connaissez-vous Fiona Scott Morton ? Ă€ 56 ans, cette AmĂ©ricaine s’apprĂŞte Ă  intĂ©grer la Commission europĂ©enne. Tout le monde n’est pas ravi de voir dĂ©barquer cette Ă©minente professeure d’Ă©conomie de l’UniversitĂ© de Yale, pourtant habituĂ©e des hautes sphères de l’administration amĂ©ricaine, notamment pendant la prĂ©sidence Obama. Son arrivĂ©e Ă  Bruxelles suscite un dĂ©bat sans prĂ©cĂ©dent dont la France a dĂ©cidĂ© d’ĂŞtre le fer de lance.

Un parcours prestigieux mais qui fait débat

NĂ©e le 18 fĂ©vrier 1967, Fiona Scott Morton est une Ă©conomiste de renom. Après avoir obtenu son doctorat Ă  Harvard, elle a enseignĂ© Ă  l’UniversitĂ© de Yale. En 2011 et 2012, elle a travaillĂ© pour l’administration Obama oĂą elle a Ă©tĂ© nommĂ©e Ă  la tĂŞte du Bureau de l’Ă©conomie au sein du dĂ©partement de la justice.

Son rôle ? Élaborer et mettre en œuvre les politiques de concurrence du gouvernement américain. Sa nomination à la Commission européenne, où elle est appelée à tenir le même rôle, aurait dû être une formalité. Mais voilà, sa proximité avec certains géants du numérique, notamment Amazon et Apple, suscite de vives inquiétudes.

Des liens avec Amazon et Apple

C’est bien lĂ  que le bât blesse. Au-delĂ  de son parcours acadĂ©mique et politique, on retient surtout de Fiona Scott Morton son rĂ´le de consultante auprès de deux des plus grands noms de la tech : Amazon et Apple. Un dĂ©tail qui n’est pas sans susciter quelques interrogations, voire des accusations de conflit d’intĂ©rĂŞts.

En effet, le rĂ´le de l’Ă©conomiste en chef de la direction de la concurrence de la Commission europĂ©enne est d’assurer la rĂ©gulation du numĂ©rique. Un enjeu capital pour l’Europe, et notamment pour la France, qui ne voit pas d’un bon Ĺ“il la nomination d’une personne ayant des liens Ă©troits avec des entreprises accusĂ©es de pratiques anti-concurrentielles.

Une position délicate

La position de Fiona Scott Morton est dĂ©licate. D’un cĂ´tĂ©, elle est largement reconnue comme une experte antitrust de premier plan, connue pour ses mises en garde contre les dĂ©rives des gĂ©ants amĂ©ricains de la technologie. De l’autre, elle conseille deux des entreprises les plus scrutĂ©es par les autoritĂ©s en matière de concurrence.

En 2020, un article rĂ©vĂ©lait dĂ©jĂ  le double jeu de Fiona Scott Morton. L’article pointait du doigt ses liens avec Amazon et Apple tout en soulignant son rĂ´le d’expert en antitrust. Une situation paradoxale qui soulève des questions lĂ©gitimes sur sa capacitĂ© Ă  mener Ă  bien sa mission au sein de la Commission europĂ©enne.

La réponse de Bruxelles

Face Ă  la polĂ©mique, Bruxelles a dĂ©cidĂ© de rester sourde aux demandes de Paris. Pas question pour la Commission europĂ©enne de revenir sur la nomination de Fiona Scott Morton. Une position qui ne fait qu’alimenter les inquiĂ©tudes et nourrir le dĂ©bat autour de cette nomination controversĂ©e.

Les GAFAM sous le feu des critiques

Les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) sont rĂ©gulièrement sous le feu des critiques pour leur poids dans l’Ă©conomie numĂ©rique. En 2018, par exemple, Bruxelles a infligĂ© une amende record de plus de 4 milliards d’euros Ă  Google pour non-respect de la concurrence.

Dans ce contexte, la nomination de Fiona Scott Morton Ă  un poste clĂ© de la rĂ©gulation du numĂ©rique en Europe est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Sa proximitĂ© avec les gĂ©ants de la tech met en lumière les enjeux de la rĂ©gulation du numĂ©rique et soulève des questions sur l’indĂ©pendance des autoritĂ©s de rĂ©gulation.

Vers une remise en question ?

La nomination de Fiona Scott Morton Ă  la Commission europĂ©enne est une nouvelle illustration des liens Ă©troits entre le secteur privĂ© et les instances de rĂ©gulation. Une situation qui suscite de vives critiques et appelle Ă  une clarification des règles pour garantir l’indĂ©pendance et l’efficacitĂ© des autoritĂ©s de rĂ©gulation.

La polĂ©mique autour de la nomination de Fiona Scott Morton est loin d’ĂŞtre terminĂ©e. Ă€ l’heure oĂą la rĂ©gulation du numĂ©rique est un enjeu majeur, cette nomination est particulièrement scrutĂ©e et pourrait bien marquer un tournant dans la manière dont l’Europe envisage la rĂ©gulation du numĂ©rique.

Pour l’instant, Bruxelles semble dĂ©cidĂ©e Ă  maintenir sa nomination. Cependant, les critiques ne faiblissent pas et pourraient bien pousser la Commission europĂ©enne Ă  revoir sa copie. Une chose est sĂ»re, la nomination de Fiona Scott Morton est un vĂ©ritable cas d’Ă©cole, qui risque de faire couler encore beaucoup d’encre.

Retour en haut